Fabrice Hyber, né le 12 juillet 1961 à Luçon, est un artiste français.

Il fait ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Nantes. Artiste de renommée internationale, Fabrice Hyber intervient dans des domaines et sur des support très divers.

Son œuvre fait intervenir les mediums entre eux.

Avec les POFs (Prototypes d’Objects en Fonctionnement) comme le Ballon carré, l’artiste change la fonction originelle des objets du quotidien et ainsi bouleverse la conscience et la pratique que l’on a d’eux. Ses œuvres sont testées par le public.

En 1986, il crée « L’Homme de Bessines », qu’il expose à Nantes, un petit bonhomme vert de 86 cm de haut qui sert de fontaine et où l’eau sort de tout les orifices. L’oeuvre envahira l’étranger.

En 1991, il réalise « Traduction », le plus gros savon du monde (22 tonnes), inscrit dans le guiness des records. Ce savon est en quelque sorte l’auto-portrait de l’artiste, incernable, qui glisse des mains.

Après avoir transformé en 1995 le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris en hypermarché et installé l’année suivante un salon de coiffure professionnel au Centre Georges Pompidou, à l’occasion de l’exposition Féminin/Masculin, Fabrice Hyber est choisi en 1997 pour représenter la France dans le cadre de la 47ème Biennale de Venise. Il remporte le lion d’or.

En 2004, à l’occasion des 20 ans de Sidaction, il réalise le jardin des dessins, un gigantesque puzzle de 1001 m2 constitué de quelques 10.000 carreaux de céramique et d’autant de dessins de l’artiste, peint directement sur la céramique.

En 2007 hyber se voit confier la réalisation de la première sculpture contemporaine du jardin du Luxembourg : « Le cri, l’écrit », bronze polychrome de 3,70m de haut pour la commémoration de l’abolition de l’exclavage, en présence de Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac